Peut-on enseigner des valeurs en affichant des symboles ?

« Art. L. 111-1-2. – La présence de l’emblème national de la République française, le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge, du drapeau européen ainsi que des paroles du refrain de l’hymne national est obligatoire dans chacune des salles de classe des établissements du premier et du second degrés, publics ou privés sous contrat. »

Cette proposition n’était pas présente dans le texte initial, et a été ajoutée sur une suggestion d’Eric Ciotti, député LR. Il s’agit donc d’un amendement, qui n’a pas fait l’objet d’un avis du Conseil d’État et qui n’apparaît pas dans l’étude d’impact.

D’après Eric Ciotti, la présence du drapeau dans les classes serait « une digue contre les multiples fléaux qui menacent notre pays ». Il dit également que cela aiderait à « réinstaller les valeurs de la République, l’adhésion à notre pays, au cœur du fonctionnement scolaire ». L’adhésion au pays doit-elle vraiment être au cœur du fonctionnement scolaire? N’y a-t-il pas plus important? Sous-entend-il que les valeurs de la République, à savoir la liberté, la fraternité et l’égalité ne sont plus « installées » à l’Ecole? Pour justifier son idée, Eric Ciotti fait directement référence aux attentats de janvier 2015 et au fait qu’une poignée d’élèves (200 officiellement sur 15 millions d’élèves) n’ait pas respecté la minute de silence en hommage aux victimes. Voilà le point de départ de cet amendement…

On peut donc se questionner sur l’arrière pensée politique derrière cette proposition ? De plus, quelle efficacité pédagogique par rapport à la transmission des valeurs et au fait de garantir les savoirs fondamentaux pour tous ? La meilleure façon d’enseigner des valeurs (égalité, liberté, fraternité) n’est-elle pas avant tout de les faire vivre au quotidien par les élèves ? Former un citoyen, n’est-ce pas d’abord lui apprendre à débattre, raisonner, se forger un esprit critique, développer de l’empathie?

Cette disposition paraît surtout dérisoire face à toutes les lois qu’on pourrait instaurer pour répondre aux nombreux problèmes rencontrés par les élèves et les enseignantes et les enseignants : manque de moyens, de personnel spécialisé, inégalités sociales, classes surchargées… Sans parler du coût de tous ces drapeaux à acheter!

En résumé, afficher des drapeaux et la Marseillaise ne permettra pas de résoudre les problèmes de « Vivre ensemble » et de faire de nos élèves des citoyens et citoyennes émancipé.e.s, ni de leur faire vivre au quotidien la fameuse égalité inscrite au fronton des écoles.