Occupations, blocages, journées « mortes »…

Occupation du Collège Colette Besson, Paris 20, le 07/05/2019
Aujourd’hui, jeudi 9 mai, jour de mobilisation contre les réformes Blanquer et pour la défense des services publics, parents/ professeurs du Collège collette Besson sont de nouveau réunis pour occuper le collège. 
Il y a deux jours, Le collectif a demandé à Mr Destrée, Directeur académique des services de l’Education nationale en charge des écoles et du collège, et à son Adjoint Monsieur Jardry, un rendez vous pour réclamer 14h supplémentaires hebdomadaires de DHG (c’est-à-dire les heures alloués à l’enseignement)
Monsieur Jardry a proposé ce jour même à midi, jeudi 9 mai, de nous recevoir à 16H30, au Réctorat, salle n°1071, alors que se déroulait une manifestation nationale à Paris à laquelle nous participions. 
A l’occasion de cette seconde soirée d’occupation, nous avons pu partager cette réponse qui n’en est pas une, et souhaitons dire à Monsieur Jardry que nous l’invitons à 22H, dans la salle du réfectoire, au Collège Besson pour débattre avec parents et professeurs des attributions d’heures DHG et des réformes Blanquer à laquelle le collectif d’occupation renouvelle son opposition.
Le collectif des parents et enseignants en occupation ce jour au Collège Colette Besson

« Madame, Monsieur, Nous, parents d’élèves des écoles 22 et 24 rue Olivier Métra à Paris XXème, avons à nouveau occupé symboliquement nos écoles hier soir en soutien au mouvement contre la loi Blanquer. Après la journée du 11 avril, de nouvelles actions sont mises en place et des témoignages d’occupation d’écoles nous arrivent tous les jours. Depuis le début du mouvement, par chaque action menée, nous exprimons notre désaccord et notre inquiétude concernant les impacts du projet de réforme en cours d’examen. Les actions de ces derniers jours montrent que la mobilisation des parents est toujours aussi forte et nous espérons que la voix des parents d’élèves sera entendue et prise en compte avant la mise en place de cette loi. Les parents d’élèves de l’école du 22 Olivier Métra Paris XXe. « 

« La FCPE 24 Olivier Métra en colère contre la loi Blanquer ! Occupation du bureau du directeur contre la #LoiBlanquer 
On vient de tweeter et interpeller les élus !
A suivre  » Mercredi 17/04/2019

« La communauté éducative de l’école Jean Jaurès a participé à l’action « Ecole morte » aujourd’hui, jeudi 11 avril 2019, dans le cadre de la mobilisation contre la loi « Pour une école de la confiance ». 52% des élèves ne sont pas présents aujourd’hui. « 

« Bonjour à tous,
Après un beau rassemblement devant la mairie du 18ème hier,  ce matin, nous avons occupé le bureau du directeur afin de montrer notre opposition à la loi Blanquer et d’apporter tout notre soutien à une équipe enseignante très mobilisée. Ne lâchons rien! 
Des parents de l’école polyvalente du 142 rue des Poissonniers dans le 18ème.  » Mercredi 10/04/2019
Jeudi 11/04/2019
Jeudi 11/04/2019
5 jours d’occupation!
Mercredi 10/04/2019
Ecole Foncin
Jeudi 11/04/2019
Ecole Sorbier
Ecole Oran avril 2019


« Aujourd’hui, nous parents, occupons le bureau de la Directrice pour nous associer aux équipes, dans leur revendication de retrait de la loi Blanquer avant le 09 mai 2019.
Les textes de cette loi sont de nature à mettre en danger la liberté de choix pédagogique, tant pour les familles que pour les enseignants, et tout nous laisse craindre les effets délétères que cette réforme aurait sur les enfants. 
Par cette action, nous manifestons également notre désaccord avec la stratégie de pressions et d’intimidations à l’encontre des équipes, notamment sur la question des évaluations. Nous vous demandons de mettre un terme à ces pratiques.
A ce titre, nous sollicitons votre implication dans cette mobilisation pour l’abandon de cette loi et appelons de nos vœux une concertation véritable et constructive, avec tous, vers l’école de demain.
Nous avons l’intention de rester actifs face à cette loi et restons à votre disposition pour en discuter ensemble.
Les parents des écoles Julien Lacroix et Etienne Dolet, Paris XX » Lundi 08/04/2019

Blocage des écoles 119 Bolivar, Paris 19ème:


Madame, Monsieur,
Aujourd’hui, depuis 8h30, nous, parents d’élèves de l’école Ménilmontant, en solidarité avec les enseignants de l’école, occupons de nouveau, ce jour, jeudi 11 avril, le bureau du directeur.
Cette action fait suite au Rassemblement de mardi 9 avril devant la Mairie du XXème arrondissement, à laquelle les parents d’élèves de l’école Ménilmontant ont largement participé.
Comme mardi 09 avril, nous vous informons donc que l’école est administrativement occupée. A nouveau, nous vous faisons part de notre détermination à recommencer ce type d’action dans les jours et semaines à venir. 
Ne pouvant imaginer que notre démarche soit accueillie par le silence ou le mépris, nous demandons que l’ensemble des membres de la communauté éducative soit reçu, écouté et entendu.
Les parents d’élève de l’école Ménilmontant en colère. 

Témoignage : Nuit des lycées à Romans sur Isère, mardi 09/04/2019:
« Nous avons été jusqu’à une cinquantaine pour cette nuit des lycées (18-21h)  qui s’est déroulée devant le lycée Triboulet à Romans et a mobilisé des collègues également venus d’autres villes (Saint Marcellin, Lycée Emile Loubet à Valence) pour nous soutenir .
Nous avons « fait sauter Blanquer », c’est bon on peut arrêter le combat ;-), bon en tout cas on a bien rigolé. La prochaine fois on tractera mieux à l’attention des parents de collèges et des écoles.
Un pique-nique partagé  a ensuite permis  d’échanger aussi avec quelques élèves qui étaient venus.
Des idées en vrac (qu’on a eues trop tard et qu’on n’a pas mises en œuvre):
– Il faut remimer la scène des lycéens placés à genoux les mains sur la tête dans toutes les manifs, avec des minutes de silence : « Blanquer veut mettre à genoux l’éducation nationale ». Cette image forte n’a été reprise qu’au début dans les manifs, et c’est un moyen de remobiliser les élèves aussi que de montrer combien nous avons été choqués. C’est un symbole qui peut relancer le combat, si nous nous remettons dans cette posture, c’est la honte pour le ministre et pour la répression en oeuvre. Le 1er mai, le 9 mai, le samedi 18 mai à Paris, dans chacune de nos actions.
– nous avons pensé aussi tracer à la craie sur le sol des traces de corps des postes supprimés. (genre scène de crime)
Voilà, merci pour toute l’énergie que ce collectif dégage, car on n’aurait pas fait grand chose si nous n’étions pas si nombreux à y croire, ou du moins à ne pas vouloir croire que cette réforme puisse être mise en oeuvre. « 

Madame, Monsieur Nous sommes un collectif de parents dont les enfants sont scolarisés à l’école élémentaire sise au 291 rue des Pyrénées. Nous occupons le bureau de Madame Nora Chérifi, Directrice de l’établissement depuis le 3 avril 2019, pour nous opposer au projet de réforme proposé par le ministre de l’Education Nationale. Nous poursuivrons cette occupation jusqu’à ce que le projet soit retiré.
Le groupe des parents mobilisés du 291 rue des Pyrénées

Occupation Ecole Julien Lacroix
Paris 20
Une autre école du XXème arrondissement
Occupation école Pelleport
Paris 20

Mais ils sont où les élèves?

Mais ils sont où les élèves?

Succès de la  journée déserte du 16/04  contre la loi et les réformes Blanquer:
La journée « Cité scolaire déserte »  a été un succès.  On a compté 88% d’élèves absents sur le collège et près de 70% sur le lycée. De nombreux enseignants étaient en grève et se sont réunis pour discuter de la suite des mobilisations. Le soir, ils se sont rendus au rassemblement des enseignants et des parents à la Mairie du 20ème.
Nous remercions les nombreux parents d’élève qui, en n’envoyant pas leur enfant, ce jour, dans l’établissement, ont montré leur attachement au service public d’Éducation .
Nous les invitons à poursuivre, avec nous, la mobilisation dans les jours qui viennent et dès la rentrée de mai.


Madame, Monsieur,
Nous, parents de l’Ecole maternelle Eupatoria, vous informons qu’à l’instar de très nombreuses écoles dans le 20e, nous avons organisé ce soir jeudi 18 avril 2019 une « nuit des écoles »  pour informer et mobiliser sur les dangers de la loi Blanquer dite « Ecole de la confiance ». Nous vous informons également que ce jour vendredi 19 avril 2019 nous avons occupé le bureau de la directrice de notre école Eupatoria pour dénoncer les dangers de la loi Blanquer dite « Ecole de la confiance ».
Nous protestons notamment contre :
– le flou de cette loi qui permet la réduction d’encadrements clefs, 
– le financement des maternelles privées au détriment de l’école publique,
– les dispositions permettant à des étudiant-e-s précaires dont la formation n’est pas achevée d’exercer des fonctions pédagogiques, d’enseignement ou d’éducation auprès de nos enfants
– la création d’une Ecole à deux vitesses avec les Établissements publics des savoirs fondamentaux distincts des Établissements publics locaux d’enseignement international 
– l’absence de moyens et de mesures à la hauteur des enjeux liés à l’inclusion scolaire
– la mise en danger de la liberté pédagogique,
Nous croyons et défendons une école publique solide, qui lutte contre les inégalités sociales, qui est la même sur tout le territoire, avec des enseignant-e-s formé-e-s et titulaires.
Nous nous opposons farouchement à la casse de l’Ecole publique et reconduirons des actions pour être entendu-e-s. 
Nous nous opposons farouchement à la casse de l’Ecole publique et reconduirons des actions pour être entendu-e-s. 
Cordialement, 
Les parents mobilisé-e-s de l’Ecole Eupatoria

Ecole Vitruve, Paris 20: 5ème jour d’occupation du bureau de la directrice!

Chers camarades et collègues: 
Voyez ci-dessous le CR d’un belle journée de mobilisation à Rimbaud, avec présence de 2 parentes d’élèves et qq collègues alentour, avec qui on a proposé 2 semaines, le 11/4 pour une journée école/collèges/lycées morts.Prenez surtout connaissance de la lettre ouverte, que nous allons faire signer à tous les personnels du lycée, et renvoyez-là aà vos contacts en lycée pro ou en éduc prioritaire.
Fraternellement, Daniel.
Echéances :
– Samedi 30, 11h, devant la gare RER Garges-Sarcelles avec les parents d’élèves et collègues du bassin Garges-Sarcelles  + rejoindre la manif parisienne 14h départ Panthéon (Place du Panthéon -> rue Soufflot -> Boulevard Saint-Michel -> Rue d’Assas -> Boulevard Raspail -> rue de Grenelle).- L’idée d’un journée écoles/collèges/lycées morts sera soumise lors de la prochaine réunion du collectif de Bassin (11/4 ?)
Déroulement :
Nous étions une quarantaine de collègues mobilisés. Une trentaine dès le matin, avec 2 parentes d’élèves (de notre lycée et du collège voisin), deux collègues enseignantes du lycée général de Garges Simone de Beauvoir et du collège de Garges Matisse, ainsi que l’Assistante sociale de Matisse.
Les explications avec les élèves ont été fructueuses, la grande majorité des cours ne s’est pas tenue et 22/33 collègues attendus à 8h30 étaient en grève = 66%.
Une Assemblée des personnels mobilisés s’est tenue. Elle a rédigé et validé une lettre ouverte en pièce-jointe, qui est adressée à tous les responsables et à la presse, et que nous proposons à signature auprès de tous les personnels du lycée.
L’idée d’une journée école morte avec les écoles, collèges, lycée généraux et professionnels du bassin est proposée pour le jeudi 11 avril (date à valider ensemble).  Le principe est que les parents d’élèves refusent d’envoyer leurs enfants, et que les profs font grève si besoin. Un courrier sera rédigé avec la FCPE rapidement pour être distribué dans les carnets de correspondance.
Nous avons évoqué la possibilité d’une convergence écoles/collèges/lycées avec des rdv intermédiaires, puis convergence des Gargeois devant la mairie, puis avec Sarcelles devant la Sous-préfecture à Sarcelles. Il faudrait diffuser un appel des parents aux parents à faire passer dans le carnet. Avec les parents d’élèves, la date du 11/4 est proposée au bassin. 
Les enseignants vont aider à la mobilisation. Nous devrons aussi être en grève pour encadrer les élèves.
Fraternellement, 
des collègues mobilisés.

Hier soir les parents d’élèves des écoles maternelle et élémentaire des écoles du clos ont occupé l’école de 18h à 21h pour marquer leur protestation contre la loi « Ecole de la confiance ».
Cette loi porte atteinte au service public de l’école auxquels les parents demeurent fondamentalement attachés.
Nous protestons contre :
– le flou de cette loi qui permet la réduction d’encadrements clefs, 
– la mise en danger de la liberté pédagogique,
– la transformation du conseil CNESCO en CEE, réduisant les débats au sein d’une institution importante,
– le financement des maternelles privées au détriment de l’école publique,
– la stratégie de pressions et d’intimidations à l’encontre des équipes.
Des transformations qui, nous le craignons, fabriqueront des enseignements à deux vitesses.
Nous considérons qu’il s’agit d’une entreprise de destruction de l’école publique qui est à l’œuvre, au détriment de la réussite de tous les élèves et des conditions d’enseignements des professeurs.
Nous croyons en une école publique compétente et exigeante, socle d’une instruction partagée.
Pour ces raisons nous protestons et reconduirons des actions jusqu’à obtenir l’abandon de cette loi.
Nous réaffirmons que les parents et enseignants ne sont nullement manipulés par des « bobards » véhiculés sur Internet, mais que nous avons lu le texte, et que c’est bien pour cela que nous nous y opposons.
Le 19/04/2019

« Madame, Monsieur,
Nous, parents de Riblette, vous informons que nous avons occupé l’école aujourd’hui jeudi 18 avril contre le projet de loi dit « Ecole de la confiance ».Nous protestons contre :- le flou de cette loi qui permet la réduction d’encadrements clefs, – la mise en danger de la liberté pédagogique,- la transformation du conseil CNESCO en CEE, réduisant les débats au sein d’une institution importante,- le financement des maternelles privées au détriment de l’école publique,- la stratégie de pressions et d’intimidations à l’encontre des équipes. 
Des transformations, qui nous le craignons, fabriqueront des enseignements à deux vitesses. 
Nous croyons en une école publique compétente et exigeante, socle d’une instruction partagée. 
Pour ces raisons nous protestons et reconduirons des actions jusqu’à être entendus. 
Cordialement, 
Les parents de Riblette «