Les motions

Qu’est-ce qu’une motion?

Une motion est un texte soumis à une assemblée pour exprimer son opinion ou sa volonté. (Définition du Larousse)

Ce texte peut exprimer:

  • un soutien (exemple : soutien à la lutte des AESH, à un.e enseignant.e menacé.e de sanction)
  • une critique ou une protestation (exemple : contre une fermeture de classe)
  • un refus (exemple : refus d’une baisse de budget, du fichage informatique des élèves )
  • un vœu (exemple : demande de prise de position sur un sujet, appel à suivre un mouvement social )

A quoi sert une motion?

Une motion sert à affirmer une prise de position d’une assemblée de personnes, et à la faire connaître aux personnes concernées et/ou au public. Elle peut servir aussi à motiver d’autres équipes, associations, collectifs, collègues… à rejoindre un mouvement.

Les motions n’ont pas de valeur légale à proprement parler, mais peuvent peser dans un rapport de force si elles sont nombreuses et bien médiatisées.

Qui peut proposer une motion?

Toute assemblée peut écrire puis voter une motion: un conseil d’école, un conseil d’administration, une association de parents d’élèves, une équipe enseignante, un collectif de parents et/ou enseignants, une assemblée générale de professionnels, un syndicat, une assemblée générale de grévistes…

Comment faire?

Il faut d’abord écrire le texte, de préférence collectivement, puis le soumettre au vote des personnes présentes. La motion aura d’autant plus de poids qu’elle sera portée par de nombreuses voix.

Lors de mouvements sociaux, il existe souvent des motions « toutes prêtes » préparées par des syndicats ou des collectifs, qu’il suffit de soumettre au vote ou juste de signer, à la manière d’une pétition.

Ensuite il faut envoyer la motion, en y précisant les résultats du vote, selon le sujet et le but recherché:

  • au collectif ou aux personnes concernées directement
  • aux syndicats
  • à la hiérarchie concernée, ou aux collectivités locales concernées
  • aux autres établissements ou collectifs, associations… qui pourraient être concernés ou qui pourraient soutenir la même motion
  • à la presse

Attention cependant, pour les enseignant.e.s, à respecter les précautions liées à l’obligation de neutralité: ces motions ne doivent pas être insultant.e.s ou diffamatoires.